Halte aux Marées Vertes

Halte aux Marées Vertes

 

Lettres ouvertes, courriers aux élus,... c'est ici.

 

Communiqué de presse suite au projet de M. Barbo d'interdire au public les réunions de la CLE du pays de Saint-Brieuc (13/6/2021)

Extrait : "...Comme l’ont rappelé les « marches pour les libertés » organisées à travers toute la France samedi dernier, la démocratie est attaquée de toutes parts, y compris en catimini là où l’on ne s’y attend pas, comme au sein de la Commission Locale de l’Eau (CLE) du Pays de SaintBrieuc...
... M. BARBO entend faire voter le 18 juin prochain une modification inédite du règlement intérieur, de façon à interdire au public d’assister aux réunions de la CLE..."

Pièces jointes : Communiqué de M. Barbo aux agriculteurs (26/4/2019), Taux de nitrate et marées vertes (06/2021), lettre aux élus de la CLE (18/6/2021)

 

Communiqué de presse, les élus bretons doivent se mobiliser (27/1/2021)

Extrait : "...Nous avons pris connaissance de la position des élus de Saint-Brieuc Armor Agglomération et de Lamballe Terre et Mer, exprimée dans l’article du Ouest-France du 21 janvier dernier, intitulé « l’Etat doit se mobiliser sur les algues vertes». Elle appelle quelques rectifications de notre part...".

 

Lettre aux présidents de Saint-Brieuc Armor Agglomération et Lamballe terre et mer (18/12/2020)

Extrait : "..Il est impératif de revenir à des pratiques conformes au volet curatif du « plan algues vertes », au risque de connaître sur nos côtes en 2021 une situation pire que celle de 2020 !  En conséquence, nous vous demandons de lancer sans délai les appels d’offres permettant de conclure des marchés avec des entreprises spécialisées pour le ramassage et le transport des algues vers le centre de compostage de Launay-Lantic...".

Réponse de Saint-Brieuc Armor Agglomération (22/12/2020)

Réponse de Lamballe Terre et Mer (13/01/2021)

 

Lettre ouverte au conseil régional suite au documentaire " Bretagne : une terre sacrifiée " (20/11/2020)

Extrait : ".. A la lecture de la presse régionale du 18 novembre, nous avons pris connaissance de votre réaction au film documentaire diffusé la veille sur France 5, intitulé : «Bretagne : une terre sacrifiée».
Vous déplorez la vision « caricaturale » donnée parce film. Nous avons le regret de devoir souligner que ce n’est pas la vision donnée par cette enquête qui est caricaturale mais bien, malheureusement, la situation économique et environnementale dans laquelle nous a mis cette agriculture industrielle qui est caricaturale... ".

 

Projet de Méthaniseur de Ploufragan : lettre ouverte au Préfet des Côtes d'Armor, au président de Saint-Brieuc Armor Agglomération, aux maires des communes concernées (12/10/2020)

Extrait : "... Après la vague des unités à la ferme de dénitratation du lisier, construites à grands renforts d’aides publiques et qui ne font que déplacer le problème en transformant l’azote contenu dans le lisier en azote ammoniacal polluant l’air, nous voici dans la vague des méthaniseurs. 130 en fonctionnement en Bretagne début 2020, dont 108 portés par des agriculteurs, qui ne peuvent voir le jour et fonctionner que grâce de gigantesques soutiens financiers, là encore sans régler le problème des excédents d’azote puisqu’il en sort autant qu’il en rentre ...".

 

Volet curatif du plan algues vertes : lettre ouverte au préfet des Côtes d'Armor et aux élus (21/8/2020)

Extrait : "...Les observations effectuées cet été par notre association concernant les modalités de mise en oeuvre du volet curatif du plan algues vertes nous conduisent à appeler votre attention sur l’irrégularité caractérisée des pratiques ayant cours en baie de Saint-Brieuc...".

 

Un projet de ferme-usine de veaux à Trègomar (11/8/2020)

Extrait : "...Le GAEC du Clos Méheust, dont le site d’exploitation se situe au lieu-dit « Le Clos Héry » à TREGOMAR en Lamballe Armor, a formulé une demande d’extension de son élevage de veaux, pour passer de 82 à 682 veaux. Cette demande soumise à enregistrement a été proposée à la consultation du public du 29 juin au 27 juillet dernier...".

 

Pollution de l'air lettre ouverte aux élus départementaux, régionaux et à l'ADEME (6/5/2020)

Extrait : "...Il aura fallu attendre 30 ans pour que la pollution de l’eau par les nitrates et les pesticides soit reconnue. Quels nouveaux records de pollution de l’air faudra-t-il atteindre après le retour à la normale du trafic, pour que les pouvoirs publics se décident à prendre toutes leurs responsabilités concernant cette pollution qui est aussi ancienne que les autres et en croissance comme l’est le nombre d’animaux d’élevage ?...".

 

Réaction de HAMV à la réponse de la Préfète (26/04/2020)

Extrait : " ...La Préfète de région se targue du PREPA 2017 (Plan national de REduction des Polluants Atmosphériques) « qui prévoit la mise en place d’un plan d’action pour assurer l’utilisation des matériels d’épandage des effluents organiques les moins émissifs (…) dans la perspective de supprimer l’utilisation des matériels les plus polluants à l’horizon 2025 ». En clair, nous demandions l’interdiction immédiate et définitive des matériels les plus émissifs*. On nous répond que ce sera pour 2025, si tout va bien. Il faut savoir que ce PREPA 2017, dans son volet agricole, consiste en la publication par l’ADEME, en juillet 2019, d’un « Guide des bonnes pratiques agricoles pour l’amélioration de la qualité de l’air », qui ne sont que des recommandations, aucune obligation. Elles visent l’atteinte d’objectifs en 2030 et en 2050 : autant dire que ce n’est pas pour demain ! ...".

Autre réaction avec un article de Ouest-France (26/04/2020)

Réaction de Europe Ecologie les Verts (29/04/2020)

 

Réponse de la Préfète de région à notre lettre ouverte du 1er avril (21/04/2020)

Extrait : " Toutefois, à très court terme, je n'envisage pas de prendre des mesures d'interdiction des équipements à buse ou des pendillards. En effet : ....".

 

Pollution de l'air lettre ouverte à la Préfète de région et au Préfet des Côtes d'Armor (1/4/2020)

 Extrait : "...Les épandages agricoles de déjections et d’engrais minéraux sont en effet à leur maximum en mars-avril-mai. La Bretagne, première région agricole française, est aussi de très loin la première région émettrice d’ammoniac, polluant  précurseur departicules fines dont les dommages sur la santé ne sont plus à démontrer (altération des fonctions pulmonaires, cancers, maladies cardio-vasculaires, impact sur un certain nombre de maladies chroniquestelles que diabète, hypertension...) ...".

Halte aux Marés Vertes et Sauvegarde du Trégor 

Pollution de l'air et épandages agricoles (30/3/2020)

Extrait : "...Alors que le trafic routier est en ce moment au plus bas, la Bretagne a connu vendredi et samedi derniers un pic de pollution de l'air très important : indice 8 sur 10 sur tout le nord de la Bretagne, 7 dans le sud. Alerte lancée vendredi par les préfets du Finistère, des Côtes d'Armor et d'Ille et Vilaine, maintenue le samedi dans les deux derniers départements...".

 

Communiqué de presse de Halte aux Marées Vertes (20/03/2020)

Extrait :"...En Côtes d’Armor, sur la baie de SAINT-BRIEUC, la commune d’HILLION (4 140 hts) est la commune littorale française la plus sinistrée par les algues vertes : l’été dernier ses 5 plages ont dû être fermées au public, dont 3 tout l’été, par crainte d’intoxications à l’hydrogène sulfuré émanant de la décomposition des algues vertes échouées massivement. En 2019, année record d’algues vertes depuis 2002, la baie de SaintBrieuc a concentré 70 % des surfaces d’algues vertes, contre 50 % habituellement. ...".

 

Dossier : comment l'élevage breton hors-sol, industriel, intensif va dans le mur (février 2020)

Extrait : "...A Hillion, commune la plus sinistrée de Bretagne par les marées vertes, les agrandissements de porcheries pourvoyeuses de nitrates continuent d’aller bon train. Après le dossier Le Corguillé en consultation publique du 13 novembre au 13 décembre 2019, le dossier de l’EARL de la Roche Martin est soumis à consultation du 27 janvier au 24 février 2020. Dans les deux cas, il y a mise à jour du plan d’épandage et construction d’une extension de porcherie.Il apparaît d’emblée que ces dossiers sont montés et rédigés de A à Z par la Cooperl. De toute évidence, il faut bien en effet un logiciel informatique spécifique, et les compétences associées à l’usage de ce logiciel, pour élaborer de savants calculs d’une grande précision qui permettent - en théorie - de conclure que l’exploitant agricole ne dépassera pas les 170 unités d’azote organique par hectare de surface agricole utile et qu’il s’en tient à 169 ! Qu’en est-il de ces savants calculs ? ...".

 

 

Lettre à M. Cadec, Président du conseil départemental des Côtes d'Armor  (31/01/2020)

Extrait : "...Il aurait été difficile d'échapper à la lecture de l'interview que vous avez accordé à Ouest France parue le 27 janvier 2020 sous le titre ' La dictature des collectifs, ça suffit'...".

 

Lettre à M. le Maire d'Hillion (29/11/2019)

Extrait : "...Une grande partie du littoral de votre commune, plages et estuaire, a été définie comme vasières dangereuses par la préfecture des Côtes d'Armor en 2012 sur la base d'informations fournies par les services de la commune d'Hillion dont vous êtes le maire...".

 

Pétition adressée à M. le Préfet de région (16/9/2019)

Extrait : "...plages fermées, puanteur le long du littoral, biodiversité menacée, risques sanitaires avérés, telle est la situation que vivent les habitants des communes riveraines de la Baie est de Saint-Brieuc. Les marées vertes y font un retour fracassant cette année. Comment ne pas comprendre  la  détresse  des  élus  devant  leur  impuissance  à  résoudre  cette  crise  sanitaire  et environnementale qui dure depuis un demi-siècle...".

 

Lettre à M. le directeur de l'agence régionale de la santé (26/08/2019)

Extrait : "...depuis deux mois, sur au moins une partie du littoral de la commune de Locquirec dans le Finistère, quelques centaines de personnes ont été exposées à leur insu à des émanations toxiques d'hydrogène sulfuré et d'ammoniac sur la partie est de la plage du Fond de la Baie à des concentrations de quelques dixièmes de ppm jusqu'à 40 ppm. Ces mesures ont été effectuées par nos soins les 22 et 25 août sur plusieurs points...".

 

Lettre à M. Ponsero, conservateur de la réserve naturelle de la baie de Saint-Brieuc (26/4/2019)

Extrait : "... nous apprenons par la presse que la Réserve Naturelle de la Baie de Saint-Brieuc va  durcir la verbalisation des infractions commises par des particuliers sur l'ensemble de son territoire dont vous assurez la gestion. Nos associations comprennent bien qu'il faille en venir à de telles mesures dissuasives pour protéger la richesse de la faune et la flore de ce secteur protégé...".

 

Lettre à M. le Préfet, suite à la fin annoncée des mesures de protection sur le bassin versant de l'Ic (31/01/2019)

  • Extrait : " ...nous découvrons par voie de presse que vous envisagez d'en fniravec les dernières mesures de protection contre les excédents de nitrates sur ce bassin versant de l'Ic, ce qui autoriserait des épandages agricoles plus importants et une augmentation de la pollution de la rivière avec comme conséquence des marées vertes plus fréquentes et plus massives sur les plages de Binic. Vous faites donc délibérément le choix d'exposer la population estivale à des risques d'intoxication que même des ramassages réguliers coûteux ne peuvent éviter..."

  • Rapport du conseil scientifique de l'environnement de Bretagne cité dans l'article.

  • Réponse de M. le Préfet (21/2/2019)

 

Le Ministère de l'Environnement en guerre contre Sauvegarde du Trégor : n'a-t-il pas mieux à faire ? (24/11/2018)

  • Extrait : " « Pas d'ancrage territorial », voilà le motif du refus d'agrément environnemental pour Sauvegarde du Trégor, prononcé par le Conseil d'Etat. La presse le rappelle, c'est le retour à la case départ, puisque ce refus avait déjà été signifé par le préfet des Côtes d'Armor. Curieux retour aux sources des décisions politiciennes... 

 

Plan algues vertes, où est ta victoire (9/5/2018)

  • Extrait :" On a beau chercher, on ne trouve guère des raisons de crier victoire après cinq ans de lutte contre les marées vertes toxiques en baie de Lannion. Qu'on en juge.
    Les objectifs en moyens de 2011 non-atteints en 2015, ont été reconduits pour 2021 dans le nouveau plan. Reportés de cinq ans les 60 % de la Surface Agricole Utile en herbe, parce qu'on en a gagné que 4 %. Reportés de cinq ans les 10 exploitations nouvelles en agriculture biologique sur le bassin versant, puisqu'à l'occasion du plan quinquennal précédent on n'en gagné que deux. A cela ajoutons l'inventaire encore inachevé des zones humides, alors qu'il était une des conditions de leur restauration et de leur valorisation de dénitrifcation..."

 

La loi littoral c'est l'intérêt général (23/4/2018)

  • Extrait : " Quand des délits sont commis contre l'environnement, qui est notre bien commun, leurs auteurs, personnes ou groupes constitués, se posent immanquablement comme des victimes et jamais n'assument leur rôle de coupables. C'est le cas pour les marées vertes, les pesticides, les extractions de sable et les particuliers qui construisent en zones nonconstructibles et plus précisément au bord du littoral. Tout, sauf assumer ses fautes. Car, c'est incontestablement une faute, par ses modes de cultures, de favoriser les marées vertes toxiques et d'altérer la qualité de l'eau; une faute, par des extractions de sable, d'attenter à la biodiversité marine; une faute, par des substances chimiques, de commettre des dommages irréparables à la biodiversité terrestre et de menacer la santé humaine ; une faute, par des constructions en bord de mer, de dégrader des paysages naturels dont la beauté est reconnue par tous, y compris par ceux qui construisent là pour cette raison..."

 

Communiqué suite à la condamnation de l'état (15/2/2018)

  • Extrait : " Le Tribunal Administratif de Rennes a lourdement sanctionné l’État français pour ses carences dans la prévention et la lutte contre la prolifération des algues vertes dans la baie de Saint-Brieuc. Et à l'occasion, il donne raison aux associations Halte Aux Marées Vertes et Sauvegarde du Trégor qui dénoncent depuis des années les fausses mesures qui sont prises pour limiter drastiquement les excédents d'azote dans les rivières à l'origine des marées vertes. C'est bien pour cela qu'elles ont refusé les Plans Algues Vertes tels qu'ils ont été élaborés en 2010 et ceux proposés en2018..."

 

Lettre à Eau et Rivières de Bretagne (31/10/2017)

  • Extrait : "... Dix ans déjà, le 25 octobre 2007, nos quatre associations Eaux et Rivières de Bretagne, Halte Aux Marées Vertes, Sauvegarde du Trégor et De la Source à la Mer, obtenaient auprès du Tribunal Administratif de Rennes la condamnation de l'Etat, responsable de la prolifération des ulves sur le littoral et la reconnaissance dans l'eau des rivières d'un seuil déclencheur de cette prolifération à clairement distinguer du seuil de potabilité de l'eau. C'est d'ailleurs ce seuil maximal de 10 mg/l qui avait été clairement fixé comme objectif final en 2027 pour éradiquer ces marées vertes dans les Plans Algues Vertes des huits baies bretonnes..."

 

Lettre à M. le Ministre N. Hulot (29/6/2017)

  • Extrait : " Monsieur le Ministre,
    nous nous sommes rencontrés sur la plage de Saint-Michel-en-Grève en juin 2011. Nous vous avons entretenu de cette pollution que connait la Bretagne depuis bientôt un demisiècle : les marées vertes. Nous vous avions signalé les risques graves d'intoxication que leur décomposition sur les plages, dans le sable et la vase faisait courir à tous les usagers du littoral, et la crainte que nous avions d'intoxications à venir. Nous vous avions offert notre livre « les Marées Vertes tuent aussi » qui détaillait ces risques à travers les nombreux accidents survenus à des hommes et des animaux. Enfin, nous vous avions signifié nos plus grandes réserves sur les plans de lutte contre les marées vertes mis en œuvre par les pouvoirs publics, tant les mesures préconisées nous apparaissaient complètement inadaptées aux enjeux de l'éradication de cette pollution..."

 

A toi la grandville (27/6/2017)

  • Extrait : " C'est la Grandville aujourd'hui... ad nauseam.
    Ils t'ont fermé la plage... Àtoi qui est née ce 27 juin 2017 à Hillion, ils t'ont interdit à jamais ce petit coin de la majesté du monde qu'ont arpenté jadis Georges Palante, Louis Guilloux, Jean Grenier. Le matin même où tes yeux se plissent sous la lumière du jour, ils te volent ton désir de grève joyeuse quand les enfants rêvent de dépasser l'horizon et d'affronter le jusant conquérant. Plus tard, les bras ballants, le regard ébahi, tu chercheras vainement où planter ta pelle et remplir ton seau pour reconstruire le château de tes grands-parents. Tu contempleras de loin la marée haute sans jamais pouvoir goûter cette eau si salée au parfum d'iode et de grand large..."

Gérer les cookies

Ce site utilise des cookies nécessaires à son fonctionnement, ils permettent de fluidifier son fonctionnement par exemple en mémorisant les données de connexion, la langue que vous avez choisie ou la validation de ce message.



Consulter les mentions légales