Halte aux Marées Vertes
documents_2021/revue_de_presse/2021_07_02_libe.jpg

Source : Libération , par Dov Alfon, Retrouvez l'article sur le site de Libération réservé aux abonnés

Malgré toutes les alertes données depuis trente ans, les «laitues de mer» continuent de proliférer sur les plages du littoral en Bretagne. Le rapport publié vendredi par la Cour des comptes dénonce les failles de la réglementation.

Comme beaucoup de créatures de films d’horreur, elles sont d’un vert étincelant, vaguement hypnotisant. Communément appelées «laitues de mer», ces algues vertes déferlent sur les côtes ouest de l’Hexagone, en particulier sur les plages du littoral en Bretagne, et peuvent causer la mort en quelques minutes. Cela fait plus de trente ans qu’elles prolifèrent dans cette région, et toutes les sonnettes d’alarme ont déjà été tirées. Ce scandale sanitaire franco-français a eu droit vendredi à un rapport particulièrement sévère de la Cour des comptes, qui dénonce un échec flagrant de la réglementation. Car malgré les efforts du lobby agroalimentaire pour fuir toute responsabilité, l’impact nocif de ce fléau sur le vivant n’est pas contestable.

Le schéma est simple : la fertilisation excessive de tous les terrains agricoles génère de l’azote. Quand il pleut, ce qui peut arriver en Bretagne, cet azote atterrit dans les petites rivières qui se jettent ensuite dans la mer et font le bonheur des algues primitives, dont ces maudites ulva armoricana, le nom de l’espèce. Les objectifs de concentration en nitrate fixés par les nouvelles réglementations n’ont pas été respectés, et l’ambition initiale de réduire de moitié la biomasse algale d’ici à 2027, qui vise à répondre à l’exigence de la directive européenne cadre sur l’eau, n’a aucune ch…

© Libération

Admin2 - 02 juillet 2021 à 14:11

Cet article ne reçoit pas de commentaire.

Gérer les cookies

Ce site utilise des cookies nécessaires à son fonctionnement, ils permettent de fluidifier son fonctionnement par exemple en mémorisant les données de connexion, la langue que vous avez choisie ou la validation de ce message.



Consulter les mentions légales