Halte aux Marées Vertes
'
14 février 2020 à 09:01

La rupture de l'hydraulique du fond de baie crée un envasement continue. Le regime de l'eau n'est plus turbulent main laminaire et avec un même taux de nitrate dans l'eau nous avons une accentuation des marées vertes.

De plus pour dévaser le port du Legué les dépôts de sédiment se font devant le môle de cesson ; La plage du Valais est obstruée par ces boues  toxiques et même suivant les courants ,les sédiments arrivent sur la plage de St-Guimond à Hillion.

Si rien n'est fait ,et en plus s'ils construisent la fermeture du port ,on pourra aller à Pied de Cesson a St-Guimond ; Et surtout on favorise les zones inondables à Hillion et Langueux car les rivières n'ont plus d'exutoire par forte pluie.

Mardi soir (4/2/2020) on a vu à la reunion du Crac de cesson que l'urne n'avait plus deux bras dans la baie ,c'est stupéfiant. Tout cela pour alimenter le port geré par Bolloré, amener des produits pour l'agroalimentaire, alors que le plan algues vertes demande un changement des pratiques agricoles. Je vous laisse le lien de ouest-france ou j'exprime mon mecontentement .

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-brieuc-22000/saint-brieuc-le-projet-de-quatrieme-quai-au-legue-fait-l-unanimite-contre-lui-6724278

André Ollivro

laitue demer

1 commentaire

Ou

C. Le Roux le 15 février 2020 - 11:29

Les dirigeants du départements lobbyisés par la CCI 22 et autres grosses coopératives agrointensives, ont voulu emménager le port du Légué pour intensifier un trafic décroissant et accroitre leur commodité d’importations des produits qui les intéressaient.

Alors que les autres stations portuaires bretonnes se sont transposées depuis le site initial des temps de la « voilerie » et pêches lointaines vers les sites d’eau profonde , le tonnage de bateaux croissant et les hauteurs d’eau nécessaires pour accostage et re-départ des quais, les Côtes d’armor ont choisi de creuser un port en eau profonde en fond de baie. Déjà la marine américaine avait éliminé ce site pour héberger leur armada hospitalière en 1917, car elle voulait être prête à fuir le cas échéant, elle avait choisi un vrai site naturel en eau profonde, Tréguier sur l’estuaire du Jaudy ayant considéré l’estuaire du Trieux dangereusement encoché …

Par ailleurs le port de Dinan et Aleth sur l’estuaire de la Rance était transposés à Saint Malo, Morlaix à Roscoff, Landerneau à Brest, Quimper sur la côte bigoudene, Hennebont à Lorient, Nantes à Saint-Nazaire etc… Un port « eau profonde" en fond de baie s’envase naturellement tantôt par les apports fluviaux tantôt par les apports marins. Bref le port du Légué est un port d’entretien couteux et le sera pour des besoins d’importatio et exportation. Pour ces usages existants, on compte en valeur à la tonne à part le bois du nord nécessaire aux constructions, surtout l’importation d’aliments des élevages et les engrais, tandis que les exportations pondéreuses bien plus sont de moindre valeur à la tonne, ferrailles, minéraux et des matières non transformées par rapport à l’état initial…

L’extension portuaire récente aura surtout bénéficié à la plaisance qui de fait trouve un havre très intéressant au Légué, y compris en coût de l’anneau qui est considéré essentiel par cette nouvelle armada qui séjourne plus de 90 % du temps à quai. L’extension portuaire, puisque l’infrastructure existe il faut l'exploiter, doit s’envisager avec préalablement une méthode d’exploitation des vases qui s’accumuleront indéfiniment. C’est un préalable que de trouver une ou des solutions avant de lancer un autre quai qui ne va pas freiner l’envasement mais sans doute l’accentuer, tandis que le fond de la baie s’envase lui-aussi obérant sa richesse naturelle de biodiversité, y compris les plages briochines les plus proches naguère prisées par une population sédentaire ou touristique aux moyens de déplacement limités.

C’est sur que l’emprise des lobbys est puissante, mais à Mr Cadec et à sa CCI de prévoir l’avenir, car gouverner c’est prévoir et l’agroalimentaire industrielle aux nombreux emplois à ce jour ( beaucoup d’entre ces emplois de qualification et salaires médiocres occupés par des non-originaires du département) n’est pas sure d'un avenir durable.